Accueil > La boutique > Damoclès > Sécurité collective et environnement

Damoclès

Sécurité collective et environnement

n° 124-125 • 3&4-2008 • 60 pages • 5 euros

samedi 28 novembre 2009, par Damoclès

La guerre se traduit toujours par la dévastation de larges territoires qui se poursuit bien après que les armes se soient tues. De plus, la militarisation d’une partie de la recherche et de l’économie participe à la dégradation de l’environnement. Certes, le ministère de la Défense — en France comme dans d’autres pays — a déployé un « plan d’action environnement » et invité les industriels à produire des « munitions vertes » ! De la « poudre aux yeux » pour escamoter les véritables questions : la diminution rapide des ressources et les conditions environnementales qui empirent du fait du mode actuel de développement ne peuvent mener qu’à des conflits violents. D’autre part, les conflits exacerbent encore plus profondément les problèmes de ressources et d’environnement. Ces questions ont fait l’objet d’une conférence organisée au Parlement européen par les députés du Groupe Verts/Alliance libre européenne en juin dernier. Nous avons été sollicités — avec le Grip (Groupe de recherche et d’information sur la paix et la sécurité à Bruxelles) — pour publier les Actes de cette conférence. D’où ce numéro double de Damoclès qui se présente sous une forme particulière.

Au sommaire :

- Compte rendu du colloque : “Vers un monde sans armes nucléaires ?”
- L’environnement, comme cible
- Quelle empreinte écologique militaire ?
- Actes de la conférence du groupe Verts/ALE au Parlement européen