Accueil > Repères stratégiques > La nécessaire assistance aux victimes

29 août 2013 : 4e journée internationale contre les essais nucléaires

La nécessaire assistance aux victimes

Communiqué de presse

mercredi 28 août 2013, par Observatoire des armements

Comme chaque année depuis 2009, les Nations unies marquent le 29 août par une Journée internationale contre les essais nucléaires. Dans son message, M. Ban Ki Moon, secrétaire général des Nations unies, rappelle que le traité d’interdiction des essais nucléaires n’est toujours pas entré officiellement en vigueur du fait que huit États ne l’ont pas encore ratifié. Il invite la société civile et les médias à sensibiliser l’opinion mondiale pour que l’interdiction définitive des essais permette « de léguer à nos enfants un monde exempt d’armes nucléaires ».

Nous, représentants de la société civile d’un État qui a des responsabilités historiques dans les effets dévastateurs de ces explosions atomiques sur la vie humaine et sur l’environnement, nous voulons marquer, devant le monde entier, cette journée du 29 août en rappelant les conséquences humanitaires catastrophiques des essais et des armes nucléaires.

En effet, les quelque 2 083 explosions nucléaires qui ont permis la mise au point de dizaines de milliers d’armes de destruction massive censées assurer la paix de la planète ont violé le droit à la vie, à la santé et à un environnement sain à des peuples sans défense. La folie nucléaire des grandes puissances est un véritable crime contre l’avenir, affirment les biologistes depuis Hiroshima, parce que les radiations répandues par leurs bombes ont contribué à détériorer le patrimoine génétique des êtres humains.

Au-delà d’un rappel nécessaire à la légalité internationale, nous voulons que cette journée du 29 août interpelle les dirigeants du monde entier sur l’assistance indispensable à toutes les victimes qui ont subi et subissent encore aujourd’hui dans leur existence quotidienne les conséquences des essais nucléaires. Il subsiste tant de problèmes très préoccupants pour les populations et leur environnement sur tous les anciens sites d’essais de la planète : au Sahara comme à Moruroa, à Maralinga en Australie, aux îles Marshall, au Nevada, au Kazakhstan, en Nouvelle-Zemble, au Xing-Kiang et il reste à expertiser les conséquences sanitaires et environnementales sur les sites d’essais indiens, pakistanais, coréens en plus de la centaine de zones contaminées par des explosions nucléaires dans l’ex-Union soviétique.

  • Nous appelons à nouveau tous nos concitoyens à signer et faire signer l’appel international lancé en 2010 pour rappeler à leurs responsabilités les grandes puissances.
  • Nous appelons particulièrement les autorités françaises à reformuler sans tarder une véritable loi de reconnaissance et d’indemnisation des victimes des essais nucléaires qui soit digne de la « patrie des droits de l’homme ».

Contacts presse  :

John Doom, Moruroa e tatou
(Polynésie) + 689 460 666 moruroaetatou@mail.pf

Patrice Bouveret, Observatoire des armements
06 30 55 07 09 - patricebouveret@obsarm.org

Dominique Lalanne, Armes Nucléaires Stop
06 32 71 69 90 - do.lalanne@wanadoo.fr

Sophie Morel, Réseau « Sortir du nucléaire »
07 77 85 16 09 - sophie.morel@sortirdunucleaire.fr

Chargée de communication du Réseau « Sortir du nucléaire » :
Charlotte Mijeon - 06 64 66 0123