Accueil > La boutique > Damoclès > Robotisation de la guerre (1ère partie) : des drones aux robots (...)

Damoclès

Robotisation de la guerre (1ère partie) : des drones aux robots tueurs

n° 142 • 1-2013 • 16 pages • 2,50 €

mardi 19 novembre 2013, par Aziza RIAHI

L’usage de drones dans les conflits soulève des problèmes politiques, juridiques,
éthiques et de sécurité internationale. L’émergence des « robots tueurs », de par leur caractère autonome, aggrave la situation, notamment en termes de droit de vie ou de mort et de responsabilité juridique.
Ce dossier propose de dresser un état des lieux des systèmes d’armes robotisés. Les implications politiques et juridiques de leur utilisation seront analysées dans le prochain numéro de Damoclès.

Au sommaire

  • Vers une autonomie totale des systèmes d’armes ?
  • Typologie des drones
  • Aux États-Unis : une doctrine militaire axée sur l’usage des drones
  • Israël, les transferts de technologies au service de l’export
  • Une politique européenne qui peine à émerger…
  • En France : une doctrine d’emploi axée sur le renseignement sur fond de rupture capacitaire
  • Robots tueurs : vers une interdiction à l’ONU ?
  • Autres regards…

Édito : Sécurité hors contrôle

Tous les deux ans, le salon Milipol — dont la 18ème édition se déroule du 19 au 22 novembre à Paris — est l’occasion pour les acteurs du secteur de la sécurité intérieure de se retrouver.

Vitrine des dernières technologies sécuritaires, ce salon couvre des
domaines tels que la lutte contre le terrorisme, la police technique et scientifique, les équipements de protection des forces de l’ordre, en passant par la prévention des risques majeurs, naturels et industriels : autant de catégories où les frontières entre l’usage militaire et l’usage civil des technologies proposées sont des plus floues, avec tous les risques que cela comporte en terme d’utilisation sans contrôle à l’encontre des individus…

De plus, par sa large participation étrangère, ce salon offre à certains États, connus pour leur non respect des droits de l’Homme et du droit international humanitaire,
l’opportunité de gagner des parts de marché, malgré ou grâce à leurs produits testés grandeur nature sur les populations.

Le champ des menaces couvert par ce salon est si hétérogène que l’identification des impacts et des implications éthiques des différentes technologies concernées est impossible. Cela pose la question du contrôle démocratique de ses technologies.

Des problématiques qui se retrouvent également dans la robotisation accrue des systèmes militaires abordée dans ce numéro.