Accueil > Actualités > Drone tactique : la France sous influence

Les Notes de l’Observatoire

Drone tactique : la France sous influence

lundi 16 novembre 2015, par Aziza RIAHI

Du 17 au 20 novembre se déroule à Paris la 19e édition de Milipol, le salon mondial de la sécurité intérieure des États.
À cette occasion, l’Observatoire des armements publie une note à propos des drones tactiques que la Direction générale de l’armement doit acquérir prochainement en remplacement de son parc vieillissant.

Deux concurrents sont en lice : le Patroller de Sagem et le Watchkeeper de Thales.
Le drone de Thales est contesté du fait notamment de la participation dans ce programme de la société israélienne Elbit Systems, jugée complice de crimes de guerre en Palestine. Mais Sagem (groupe Safran) n’est pas en reste.
Si la stratégie de contournement mise en place par Elbit pour pénétrer les marchés risque d’influencer l’acquisition française, il est urgent de rappeler que la France doit respecter — et faire respecter — quelques normes impératives du droit international.

Au sommaire de ce dossier de 18 pages, disponible gratuitement ci-dessous :

  • Thales, Safran : deux groupes qui collaborent avec Elbit Systems
  • Le Watchkeeper, fruit de la coopération Thales-Elbit
  • Pourquoi le Watchkeeper est contesté ?
  • Quand la France viole ses propres engagements