Membre de ICAN, prix Nobel de la paix 2017

Accueil > Actualités > Communiqués de presse > A l’heure du scandale sur le Yémen, le Parlement européen refuse tout contrôle (...)

Communiqué du Réseau européen contre le commerce des armes

A l’heure du scandale sur le Yémen, le Parlement européen refuse tout contrôle sur l’industrie de l’armement

mercredi 4 juillet 2018, par Observatoire des armements

Hier, le Parlement à adopté le Programme européen de développement industriel dans le domaine de la défense (EDIDP en anglais) proposé par la Commission européenne en juin 2017, et précurseur du Fonds européen de la Défense pour 2021-2027. Le Réseau européen contre le commerce des armes (ENAAT) s’alarme de l’adoption d’un tel programme de subsides en faveur de l’industrie de l’armement.

Edouard Martin, le "shadow rapporteur" du texte, ancien syndicaliste et député membre du Parti socialiste, s’est même réjoui du projet en ces termes lors du vote définitif qui s’est tenu hier : « cette fois nous voulons de l’argent vraiment frais et renforcer la question éthique » On en est loin... Sous la pression des industriels, les députés européens avaient déjà abandonné lors d’un précédent vote l’un des rares compromis qu’ils avaient acquis : l’exclusion des robots tueurs du champ des projets financés.

A l’heure du scandale européen des ventes d’armes utilisées contre les populations yéménites et égyptiennes, ils ont d’autre part rejeté toutes les propositions venues des Verts et du SPD allemand visant à établir un contrôle ou une limitation de ces financements. L’objectif de ces députés était d’éviter que les fonds alloués servent à produire des armes pour des pays en guerre ou violant les droits humains.
En effet, l’EDIDP va détourner 500 millions d’euros des budgets 2019-2020 pour le développement de nouvelles armes controversées. Cela va ouvrir la voie à des drones armés européens et à des robots-tueurs, qui pourraient ensuite être utilisés ou vendus en dehors de l’Europe selon les intérêts nationaux des États-membres.

« Au lieu de contribuer à la paix, un tel programme va exacerber la course mondiale aux armements, qui alimente à son tour les conflits au détriment du dialogue et de la diplomatie, ainsi que les flots de réfugiés. Nous devrions stopper le commerce des armes qui force les gens à fuir leur pays » ajoute Wendela de Vries, coordinatrice à Stop Wapenhandel (NL).

« En acceptant ce programme, le Parlement entérine le changement de paradigme de l’UE vers des réponses militaires et sécuritaires à des problèmes complexes, ainsi que l’influence du complexe militaro-industriel sur les politiques européennes. Les mêmes groupes qui conseillent l’UE seront ensuite les principaux bénéficiaires de ce financement » explique Tony Fortin, chargé d’études à l’Observatoire des armements (FR).

L’ENAAT et ses membres continueront à surveiller la mise en œuvre de ce programme, et à alerter le grand public sur les développements inquiétants à venir. « Le Fonds européen de la Défense pourrait verser 13 milliards à l’industrie en 2021-2027, plus que ce que le budget européen va dédier à l’aide humanitaire dans le même temps ! Et des dizaines de milliards supplémentaires viendraient des contributions nationales. Prétendre que cela va contribuer à la sécurité des citoyens est un message trompeur » déclare Laëtitia Sédou, chargée de programme à l’ENAAT.

Pour plus d’information :

ENAAT Online Information Tool on the European Defence Fund

Rapport : Securing Profits, How the Arms Lobby is hijacking Europe’s Defence Policy, par Bram Vrancken, Vredesactie


Contacts presse :

Laëtitia Sédou - tél : +32.2.234.30.60 - mobile : +32.496.15.83.91 - laetitia@enaat.org
Tony Fortin - tél : +33.4.78.36.93.03 - mobile : +33.6.09.50.87.23 - tonyfortin@obsarm.org