Membre de ICAN, prix Nobel de la paix 2017

Accueil > Actualités > Actualité des transferts d’armes > Les États-Unis et la France augmentent fortement leurs exportations d’armes (...)

Les États-Unis et la France augmentent fortement leurs exportations d’armes majeures ; l’Arabie saoudite est le plus grand importateur d’armes, selon le SIPRI

lundi 9 mars 2020, par Observatoire des armements

La France est épinglée par le Sipri voir ci-dessous) : ses exportations d’armes ont augmenté de 72 % de 2015 à 2019 par rapport à 2010-2014. Leurs conséquences désastreuses ont été largement constatées : bombardements et blocus maritime dévastateur au Yémen, répression de la société civile en Égypte... Suite à la mobilisation de la société civile, une mission d’information sur le contrôle parlementaire des exportations d’armes a été mise en place en 2019 à l’Assemblée nationale. Un an plus tard, elle n’a toujours pas rendu ses conclusions. De même, aucune commission d’enquête n’a vu le jour pour éclairer le rôle de la France dans la guerre au Yémen. Le gouvernement et les rapporteurs de la mission d’information jouent-il la montre pour évacuer leurs responsabilités ? À l’heure où les parlementaires des autres pays de l’Union européenne débattent librement de ce sujet et ont accès au secret défense, il est honteux que la pratique démocratique française se résume à un numéro d’illusionnisme.

(Stockholm, 9 mars 2020) - Les transferts internationaux d’armes majeures au cours de la période de cinq ans 2015-19 ont augmenté de 5,5 % par rapport à 2010-14. Selon de nouvelles données du Stockholm International Peace Research Institute (SIPRI), les plus grands exportateurs d’armes au cours des cinq dernières années sont les États-Unis, la Russie, la France, l’Allemagne et la Chine. Les nouvelles données montrent que le flux d’armes vers le Moyen-Orient a augmenté, l’Arabie saoudite étant clairement le plus grand importateur mondial.

Augmentation significative des exportations d’armes des États-Unis et de la France

Entre 2010-14 et 2015-19, les exportations d’armes majeures des États-Unis ont augmenté de 23 %, portant leur part des exportations mondiales d’armes à 36 %. Sur la période 2015-19, les exportations d’armes des États-Unis sont supérieures de 76 % à celles du deuxième exportateur d’armes au monde, la Russie. Les armes majeures transférées des États-Unis sont destinées à un total de 96 pays.

« Au cours des cinq dernières années, la moitié des exportations d’armes américaines est destinée au Moyen-Orient, et la moitié de celles-ci à l’Arabie saoudite », explique Pieter D. Wezeman, chercheur principal au SIPRI. « Parallèlement, la demande en avions militaires avancés américains a augmenté, en particulier en Europe, en Australie, au Japon et à Taïwan. »

Les exportations françaises d’armes ont atteint leur plus haut niveau sur une période de cinq ans depuis 1990 et représentent 7,9 % des exportations mondiales d’armes en 2015-19, soit une augmentation de 72 % par rapport à 2010-14. « L’industrie française de l’armement a profité de la demande d’armes en Égypte, au Qatar et en Inde », souligne Diego Lopes Da Silva, chercheur au SIPRI.

Baisse sensible des exportations d’armes russes

Les exportations d’armes majeures de la Russie ont diminué de 18 % entre 2010-14 et 2015-19. « La Russie a perdu de son influence en Inde - principal destinataire de longue date d’armes majeures russes - ce qui a entraîné une forte diminution des exportations d’armes », précise Alexandra Kuimova, chercheuse au SIPRI. « Cette baisse n’a pas été compensée par l’augmentation des exportations d’armes russes vers l’Égypte et l’Irak en 2015-19. »

Flux d’armes vers les pays en conflit

Les importations d’armes par les pays du Moyen-Orient ont augmenté de 61 % entre 2010-14 et 2015-19 et représentent 35 % du total des importations mondiales d’armes au cours des cinq dernières années. L’Arabie saoudite est le plus grand importateur d’armes au monde en 2015-19. Ses importations d’armes majeures ont augmenté de 130 % par rapport à la période quinquennale précédente et représentent 12 % des importations mondiales d’armes en 2015-19. Malgré les fortes contestations aux États-Unis et au Royaume-Uni concernant l’intervention militaire de l’Arabie saoudite au Yémen, les États-Unis ainsi que le Royaume-Uni ont continué d’exporter des armes vers l’Arabie saoudite en 2015-19. Au total, 73 % des importations d’armes de l’Arabie saoudite provenaient des États-Unis et 13 % du Royaume-Uni.

L’Inde est le second plus grand importateur d’armes au monde au cours des cinq dernières années, son voisin le Pakistan se classant au 11e rang. « Comme les années précédentes, en 2019 l’Inde et le Pakistan - qui sont des États dotés d’armes nucléaires - se sont affrontés à l’aide d’un arsenal d’armes majeures importées », souligne Siemon T. Wezeman, chercheur principal au SIPRI. « Bon nombre de plus grands exportateurs d’armes au monde ont approvisionné ces deux États pendant des décennies, exportant souvent des armes vers les deux parties. »

Les Émirats arabes unis (EAU) étaient militairement engagés en Libye ainsi qu’au Yémen au cours des cinq dernières années et sont le huitième plus grand importateur d’armes au monde en 2015-19. Les deux tiers de leurs importations d’armes provenaient des États-Unis au cours de cette période. En 2019, alors que l’intervention militaire étrangère en Libye a été condamnée par le Conseil de sécurité des Nations Unies, les Émirats arabes unis avaient des accords d’importation d’armes majeures en cours avec l’Australie, le Brésil, le Canada, la Chine, la France, la Russie, l’Afrique du Sud, l’Espagne, la Suède, la Turquie, Royaume-Uni. et les États-Unis.

En 2015-19, de nouveaux affrontements armés ont eu lieu entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan. Les deux pays ont renforcé leurs capacités militaires grâce à des importations, notamment de missiles capables d’attaquer des cibles sur le territoire de l’autre partie. La Russie représente la quasi-totalité des importations d’armes de l’Arménie au cours des cinq dernières années. Au total, 60 % des importations d’armes de l’Azerbaïdjan provenaient d’Israël et 31 % de la Russie.

En 2015-19, les importations d’armes turques étaient de 48 % inférieures à celles de la période quinquennale précédente, bien que ses forces armées combattaient les rebelles kurdes et étaient engagés dans les conflits en Libye et en Syrie. Cette baisse des importations peut s’expliquer par des retards dans les livraisons de certaines armes majeures, l’annulation d’un accord important avec les États-Unis pour des avions de combat, ainsi que le développement des capacités de l’industrie de l’armement turque.

Autres évolutions notables

  • Les exportations d’armes de l’Allemagne ont augmenté de 17 % en 2015-19 par rapport à 2010-14.
  • La Chine est le cinquième exportateur d’armes en 2015-19 et a considérablement augmenté le nombre de destinataires de ses armes majeures : de 40 en 2010-14 à 53 en 2015-19.
  • Les exportations d’armes de la Corée du Sud ont augmenté de 143 % entre 2010-14 et 2015-19 et elle fait son entrée pour la première fois dans le Top 10 des plus grands exportateurs.
  • Les exportations d’armes israéliennes ont augmenté de 77 % entre 2010-14 et 2015-19 pour atteindre leur niveau le plus élevé jamais enregistré.
  • Les États d’Europe occidentale et centrale ont des commandes en cours fin 2019 pour l’importation de 380 nouveaux avions de combat des États-Unis.
  • Les importations d’armes de l’Égypte ont triplé entre 2010-14 et 2015-19, ce qui en fait le troisième importateur mondial d’armes.
  • Les importations d’armes du Brésil en 2015-19 sont les plus élevées d’Amérique du Sud, représentant 31 % des importations d’armes de la sous-région, malgré une baisse de 37 % par rapport à 2010-14.
  • L’Afrique du Sud, le plus grand importateur d’armes en Afrique subsaharienne en 2005-2009, n’a importé pratiquement aucune arme majeure en 2015-19.

À l’attention des rédacteurs

La base de données SIPRI sur les transferts d’armements est la seule ressource publique qui fournit des informations solides, basées sur des estimations, sur tous les transferts internationaux d’armes majeures (y compris les ventes, les dons et la production sous licence) aux États, aux organisations internationales et aux groupes non étatiques depuis 1950. Elle est accessible sur la page du site Web du SIPRI : Arms Transfers Database

Les données du SIPRI reflètent le volume des livraisons d’armes et non la valeur financière des transactions. Comme le volume des livraisons peut fluctuer de manière significative d’une année à l’autre, le SIPRI présente des données sur des périodes de cinq ans, ce qui offre une mesure plus cohérente des tendances.

Il s’agit du deuxième d’une série de trois communiqués rendant public des données avant la publication phare annuelle du SIPRI, mi-2020, le SIPRI Yearbook. Le troisième communiqué fournira des informations complètes sur les tendances mondiales, régionales et nationales des dépenses militaires.

Traduction française : Aziza Riahi, Observatoire des armements


Voir en ligne : Site du SIPRI