Centre de documentation et de recherche sur la paix et les conflits.

Accueil > Actualités > Les dépenses militaires mondiales dépassent les 2 000 milliards de dollars (...)

Les dépenses militaires mondiales dépassent les 2 000 milliards de dollars pour la première fois

Communiqué du SIPRI

dimanche 24 avril 2022, par Observatoire des armements

(Stockholm, 25 avril 2022) – Le total des dépenses militaires mondiales a augmenté de 0,7 % en termes réels en 2021, pour atteindre 2 113 milliards de dollars. Les cinq plus grands États en matière de dépenses militaires en 2021 — États-Unis, Chine, Inde, Royaume-Uni et Russie — concentrent 62 % des dépenses militaires mondiales, selon les nouvelles données sur les dépenses militaires mondiales publiées aujourd’hui par le Stockholm International Peace Research Institute (SIPRI).

Niveau record des dépenses militaires en cette deuxième année de pandémie

Les dépenses militaires mondiales ont continué d’augmenter en 2021, atteignant un niveau record de 2 113 milliards de dollars. C’est la septième année consécutive d’augmentation des dépenses.

« En plein retombées économiques de la pandémie de Covid-19, les dépenses militaires mondiales ont atteint des niveaux records », explique Dr Diego Lopes da Silva, chercheur principal au programme Dépenses militaires et Production d’armes du SIPRI. « En termes réels, il y a eu un ralentissement du taux de croissance en raison de l’inflation. Cependant, en valeurs nominales, les dépenses militaires ont augmenté de 6,1 %.  »

À la suite de la forte reprise économique en 2021, le fardeau militaire mondial — dépenses militaires mondiales en pourcentage du produit intérieur brut (PIB) mondial — a diminué de 0,1 point de pourcentage, passant de 2,3 % en 2020 à 2,2 % en 2021.

États-Unis : focus sur la recherche et le développement militaires

Les dépenses militaires américaines s’élèvent à 801 milliards de dollars en 2021, soit une baisse de 1,4 % par rapport à 2020. Le fardeau militaire américain a légèrement diminué, passant de 3,7 % du PIB en 2020 à 3,5 % en 2021.

Le financement américain pour la recherche et le développement (R&D) militaires a augmenté de 24 % entre 2012 et 2021, tandis que celui consacré à l’achat d’armements a chuté de 6,4 % au cours de la même période. En 2021, les dépenses ont diminué pour ces deux lignes budgétaires. Toutefois, la baisse des dépenses de R&D (-1,2 %) a été inférieure à celle des dépenses pour l’achat d’armements (-5,4%).

« L’augmentation des dépenses de R&D au cours de la décennie 2012-21 laisse penser que les États-Unis mettent davantage l’accent sur les technologies de nouvelle génération  », précise Alexandra Marksteiner, chercheuse au programme Dépenses militaires et Production d’armes du SIPRI. « Le gouvernement américain a souligné à plusieurs reprises la nécessité de préserver l’avantage technologique de l’armée américaine sur ses concurrents stratégiques.  »

Russie : Augmentation du budget militaire à l’approche de la guerre

La Russie a augmenté ses dépenses militaires de 2,9 % en 2021, à 65,9 milliards de dollars, alors qu’elle renforçait ses forces le long de la frontière ukrainienne. Il s’agit de la troisième année consécutive d’augmentation et les dépenses militaires russes ont atteint 4,1 % du PIB en 2021.

« Les revenus élevés du pétrole et du gaz ont aidé la Russie à accroître ses dépenses militaires en 2021. Les dépenses militaires russes avaient diminué entre 2016 et 2019 en raison des faibles prix de l’énergie combinés aux sanctions infligées en réponse à l’annexion de la Crimée par la Russie en 2014  », précise Lucie Béraud-Sudreau, directrice du programme Dépenses militaires et Production d’armes du SIPRI.

La ligne budgétaire ‘défense nationale’, qui représente environ les trois quarts du total des dépenses militaires russes et comprend le financement des coûts opérationnels ainsi que l’achat d’armements, a été revue à la hausse au cours de l’année. Le chiffre final est de 48,4 milliards de dollars, soit 14 % de plus que ce qui avait été budgétisé à la fin de 2020.

Alors qu’elle consolidait ses défenses contre la Russie, l’Ukraine a augmenté ses dépenses militaires de 72 % depuis l’annexion de la Crimée en 2014. Les dépenses ont chuté en 2021, à 5,9 milliards de dollars, mais représentaient toujours 3,2 % du PIB du pays.

Asie - Océanie : augmentations continues par les principaux États en matière de dépenses militaires

La Chine, qui représente le deuxième budget militaire au monde, a alloué environ 293 milliards de dollars à son armée en 2021, soit une augmentation de 4,7 % par rapport à 2020. Les dépenses militaires de la Chine ont augmenté pour la 27ème année consécutive. 2021 est la première année budgétaire du 14ème plan quinquennal chinois, qui court jusqu’en 2025.

Après l’approbation initiale de son budget 2021, le gouvernement japonais a ajouté 7,0 milliards de dollars à ses dépenses militaires. Par conséquent, les dépenses ont augmenté de 7,3 %, pour atteindre 54,1 milliards de dollars en 2021, la plus forte augmentation annuelle depuis 1972. Les dépenses militaires australiennes ont également augmenté en 2021, de 4,0 %, pour atteindre 31,8 milliards de dollars.

«  La présence de plus en plus affirmée de la Chine dans et à proximité des mers de Chine orientale et méridionale est devenue le principal facteur des dépenses militaires de pays comme l’Australie et le Japon », précise Dr Nan Tian, chercheur principal au SIPRI. « On peut citer par exemple l’accord de sécurité trilatéral AUKUS entre l’Australie, le Royaume-Uni et les États-Unis qui prévoit la fourniture de huit sous-marins à propulsion nucléaire à l’Australie pour un coût estimé à 128 milliards de dollars.  »

Autres évolutions notables

  • En 2021, le budget militaire de l’Iran a augmenté pour la première fois en quatre ans, à 24,6 milliards de dollars. Le financement du Corps des gardiens de la révolution islamique a continué d’augmenter en 2021 –de 14 % par rapport à 2020- ce qui représente 34 % du total des dépenses militaires de l’Iran.
  • En 2021, Huit États membres européens de l’OTAN ont atteint l’objectif de l’Alliance qui vise à consacrer au moins 2 % de leur PIB aux forces armées. C’est un de moins qu’en 2020, mais deux de plus par rapport à 2014.
  • Le Nigeria a augmenté ses dépenses militaires de 56 % en 2021, pour atteindre 4,5 milliards de dollars. Cette augmentation intervient en réponse à de nombreux problèmes de sécurité tels que l’extrémisme violent et les insurrections séparatistes.
  • L’Allemagne, troisième budget militaire en Europe centrale et occidentale, a dépensé 56,0 milliards de dollars pour son armée en 2021, soit 1,3 % de son PIB. Les dépenses militaires ont diminué de 1,4 % par rapport à 2020 en raison de l’inflation.
  • En 2021, les dépenses militaires du Qatar s’élevaient à 11,6 milliards de dollars, ce qui en fait le cinquième budget militaire du Moyen-Orient. Les dépenses militaires du Qatar en 2021 étaient supérieures de 434 % à celles de 2010, année où le pays a publié des données sur ses dépenses pour la dernière fois avant 2021.
  • L’Inde, avec 76,6 milliards de dollars de dépenses militaires, se classe au troisième rang mondial. Une augmentation de 0,9 % par rapport à 2020 et de 33 % par rapport à 2012. Afin de renforcer l’industrie nationale de l’armement, 64 % des dépenses en capital du budget militaire 2021 ont été affectées à l’acquisition d’armes produites dans le pays.

Traduction française : Aziza Riahi, Observatoire des armements

À l’attention des rédacteurs

Le SIPRI suit l’évolution des dépenses militaires dans le monde et offre une source de données publique la plus vaste, complète et cohérente. La base de données sur les dépenses militaires est accessible dès aujourd’hui sur : www.sipri.org.
Toutes les variations en pourcentage sont exprimées en termes réels (prix constant de 2020) sauf indication contraire. Les dépenses militaires incluent toutes les dépenses publiques pour les forces armées et les activités militaires, y compris les salaires et les avantages sociaux, les frais de fonctionnement, les achats de matériel militaire et d’armes, les infrastructures militaires, la recherche et développement, l’administration centrale, le commandement et le soutien. Le SIPRI déconseille donc l’utilisation de termes tels que « les dépenses d’armement » en référence aux dépenses militaires, les dépenses d’armement ne constituant qu’une part mineure du total.


Voir en ligne : Site du SIPRI