Accueil > La boutique > Ouvrages et rapports > Les irradiés de la République

Bruno Barrillot

Les irradiés de la République

Les victimes des essais nucléaires français prennent la parole

samedi 16 janvier 2010

150 000 personnes (appelés, militaires professionnels, travailleurs) ont participé de 1960 à 1996 aux 210 expériences nucléaires réalisés par la France, d’abord au Sahara algérien, puis à partir de juillet 1966 à Moruroa et Fangataufa en Polynésie française.

Pour la plupart, de très jeunes hommes, ils étaient peu — ou même pas du tout — informés sur les risques de la radioactivité. Désinformés même. Telles ces recommandations remises aux personnels des essais par les autorités de la marine : " Une minute et demi après l’explosion, les débris sont tous retombés et il n’y a aucun danger provenant du rayonnement. " Les radiations retardées ? Elles sont "si faibles qu’elles ne constituent pas un danger. Ne vous en occupez pas " !

Naïfs ? Respectueux de la parole d’autorité ? Ils étaient fier de participer à cette grande aventure qui, leur disait-on, allait hisser la France au niveau des plus grands. Et que de souvenirs allaient-ils rapporter de cet immense désert saharien ou des îles paradisiaques du Pacifique. " On a beau savoir que la bombe est un objet de mort, lorsqu’elle explosa, je fus fasciné par ce lever de soleil artificiel. "
Et on leur disait alors, comme on le répète encore officiellement aujourd’hui, que ces bombes étaient " propres "… Quel mal pouvait donc les frapper ? Ils ne l’apprendront - pour les plus chanceux - que dix, vingt, trente ans plus tard quand les cancers et autres maladies les atteindront. Enfin, ils parlent, sortant du mutisme qui, sous prétexte de secret militaire, les avait enfermés dans l’oubli.

Enfin, ils se battent pour que " vérité et justice " soient rendues aux victimes des essais nucléaires.

Cet ouvrage ne prétend pas refaire l’histoire des tests nucléaires — éditée dans l’ouvrage de Bruno Barrillot, L’héritage de la bombe. Pour l’essentiel, il veut donner la parole aux témoins au regard de quelques points de repères et de documents qu’ils ont conservés et trop longtemps laissés dans l’oubli.

Co-fondateur du Centre de documentation et de recherche sur la paix et les conflits (CDRPC), Bruno Barrillot travaille depuis près de vingt ans sur les conséquences des essais nucléaires. Auteur de plusieurs livres sur les expériences françaises au Sahara et en Polynésie, animateur de colloques et conférences destinées à alerter l’opinion, les élus, les pouvoirs publics, proche des victimes, il présente ces témoignages bouleversants - et inédits pour la plupart - en les situant dans un contexte dont il est l’un des grands spécialistes.

Sommaire

* Sortir de l’oubli

* Les expériences nucléaires françaises

* LES ESSAIS EN ALGERIE (1960-1966)

o L’installation du site de Reggane

o Un centre d’essais en Corse !

o Les tirs " souterrains " à In Eker

o L’accident " Béryl " (1er mai 1962)

o Les tirs souterrains " non contenus " à In Eker

o " Opération Pollen " : expériences complémentaires

* LES ESSAIS EN POLYNESIE (1966-1996)

o Les essais français en Polynésie

o Boulet diplomatique

o Activités peu protégées

o L’armada nucléaire

o " Sécurité " radiologique

o 5 juillet 1979 : accident Meknès

o Zones chaudes

o Forages

o Atolls voisins

o Hao, base avancée

o Océanisation

* Questions

* Dossier médical : un parcours du combattant et des surprises !

* Vérité et justice pour les victimes des essais nucléaires français

Co-éditions Observatoire des armements / Grip / Éditions Complexe, novembre 2003, 236 p.

Prix : 18 euros (port compris), commander